Confinement: les maisons plus populaires que les appartements

Confinement: les maisons plus populaires que les appartements

04/2020

Alors que suite au confinement, 36 % des Français sont enfermés dans un appartement, dont un tiers dans un logement sans balcon ni terrasse ou jardin ; l’envie de liberté se fait grandissante. Ce besoin d’air frais, de nature, de liberté se traduit ainsi par un regain d’attrait pour les maisons. Depuis mi-mars, il semblerait que les Français soient effectivement plus en quête de trouver une maison qu’un appartement. Faut-il y voir un effet du confinement ? Cette préférence pour les maisons sera-t-elle de long terme ? Quelles conséquences pourraient donc avoir cette tendance ? On vous dit tout ici.

Confinement : tout le monde n’est pas sur un pied d’égalité…

Depuis les annonces présidentielles du 15 mars, les Français sont confinés chez eux. Mais le confinement ne se passe pas forcément bien pour tout le monde. En effet, toutes les études montrent que le confinement est mieux vécu à la campagne qu’en ville. Il est aussi plus facile à vivre en maison qu’en appartement surtout si celle-ci possède un extérieur.

On trouve à cela plusieurs raisons. Tout d’abord, certes, le confinement nous permet d’avoir plus de temps pour « nous » mais il réduit aussi l’espace à vivre. Il faut dire qu'en moyenne les Français sont plus de deux par logement. De plus, 41 % des Français disent connaître plus de périodes de stress intenses. Ceci rendrait la cohabitation encore plus compliquée, en particulier quand on a des enfants. Effectivement, certains parents doivent combiner télétravail, aide aux devoirs, tches ménagères… De ce fait, d’après l’étude Consolab, un couple sur deux se disputent à cause des tches ménagères. Et concernant les familles, 34 % des disputes seraient dues au temps passé par les enfants devant les écrans et 29 % à propos de l’éducation des enfants.

Avec le confinement, la cohabitation est donc compliquée : manque de mètres carrés, manque de loisirs, manque de diversité, manque de liberté… Les Français rêvent d’être ailleurs. Et cela pourrait être une explication à une tendance pour le moins inattendue. Il semblerait que de plus en plus, les Français soient à la recherche de maison et commencent à délaisser les appartements.

Un regain d’attrait pour les maisons

Actuellement, on rêve que d’une chose : c’est d’être partout, mais pas là où on est confiné. C’est encore plus vrai, quand sur Facebook, on tombe sur la photo d’une copine en train de se dorer la pilule dans son jardin. Les Français qu’ils soient en appartement ou en maison rêve de quelque chose de plus grand, de plus d’extérieurs… Le taux de consultation de maisons à vendre s’est ainsi enflammé d’après SeLoger.

En temps normal, les recherches immobilières de maison et d’appartement sont au coude-à-coude. Mais depuis le confinement, la préférence pour les maisons se fait sentir. Actuellement, sur SeLoger, les recherches des internautes s’orientent donc davantage sur les maisons que sur les appartements. Et ce phénomène serait visible dans la France entière. En effet, le président de Century 21 France, Laurent Vimont, explique que « des clients en région parisienne ou dans des villes au marché très tendues […] et qui ont pu envisager d’habiter en maison sont désormais véritablement prêts à franchir le pas. Après une longue période où le cloisonnement se fait oppressant, ils aspirent à plus de liberté et de verdure. »

Les Français ont donc à cœur de retrouver un peu d’air frais, de l’espace et de nature. D’après l’étude Opinionway, 11 % des personnes interrogées affirment avoir réfléchi à acheter un logement avec jardin et 8 % avec terrasse. Et cette tendance est en particulier plus forte pour les jeunes actifs. De ce fait, chez les 25-34 ans : 24 % déclarent avoir pensé à l’acquisition d’un logement avec jardin, 17 % avec terrasse ou d’un logement situé en zone rurale, 15 % à acheter un bien dans une autre ville ou plus grand.

Mais vers quelle région se tournentalors les français ?

A la recherche de maisons : agglomérations boudées et provinces recherchées

Alors que les maisons ont la côte, on assiste à une baisse de recherche immobilière pour les appartements. En effet, d’après SeLoger, les recherches pour des appartements dans Paris ont baissé de 20 %. Cette baisse est aussi visible dans la banlieue de Paris. De fait, elle est de 12,5 % pour la petite couronne et de 8,3 % pour la grande banlieue parisienne.  L’Île-de-France n'a plus vraiment la côte en ce moment. Trop nombreux à être confinés dans des logements exigus, les habitants d’Île-de-France ne font pas envie.

Par ailleurs, il semblerait que les Français dirigent plutôt leurs recherches vers des biens situés en province. Les recherches effectuées sur des biens situés en province ont ainsi augmenté de 5 %. Aussi, certaines régions attirent plus que d’autre. Et c’est la Bretagne qui grce à son beau temps a la côte. Le taux de consultation des annonces immobilières pour devenir propriétaire d'une maison en Bretagne a d'ailleurs augmenté de 17 % depuis le début du confinement.

Avec cette nouvelle tendance, on est en droit de se demander si le marché immobilier ne serait pas à l’aube d’un grand changement. Avec la crise du Covid-19, la conquête des grandes villes pourrait être à l’arrêt et on pourrait assister à un exode urbain. Mais est-ce sûr ? Quelles sont les nouvelles envies des Français : ville vs campagne ?

Un marché immobilier chamboulé : quel avenir ?

S’il est encore trop tôt pour dire quellesseront les conséquences exactes de la crise du Covid-19 sur le marchéimmobilier, quelques tendances semblent se dessiner.

Actuellement, toutes les enquêtes d’opinion montrent que l’habitat rêvé des Français reste la maison avec jardin. Et cette soif de liberté pourrait se traduire par le type de logement mais aussi sur l’aménagement des logements. D’après Sergeï Makhno, le Covid-19 pourrait mettre fin aux espaces ouverts comme les salons-cuisines. Fini les espaces décloisonnés ! Dès lors, on aurait plutôt une entrée bien séparée des autres biens, où on laisserait nos affaires afin de préserver l’intérieur.

Par ailleurs, les maisons sont préférées que ce soit résidence principale, résidence secondaire ou logement occasionnel. Cependant, depuis 2008, on assiste à une légère baisse de la part des maisons. Cela s’expliquerait par le fait que le nombre d‘appartements augmente plus vite. Effectivement depuis 2013, les logements achevés dans l’année sont plus souvent collectifs qu’individuels, alors que c’était l’inverse avant 2008. Dès lors, d’après certains spécialistes, il n’est pas certain que suite au confinement, cette tendance de long terme soit inversée. Seulement, dans le cas où le télétravail se normaliserait, on pourrait voir la dynamique stoppée et un rééquilibrage entre métropoles, villes moyennes et communes rurales. 

Enfin, nombreux sont les Français à anticiper des effets négatifs sur leurs projets d’achats immobiliers. Leurs craintes portent principalement sur les conditions d’obtention de crédit et les prix immobiliers. Les habitants de l’hexagone pensent en majorité qu’obtenir un prêt immobilier devrait être compliqué qu’avant. Ils ont également peur qu’à la sortie du déconfinement la hausse des prix de l’immobilier reprenne de plus belle à Paris comme en province. Et pourtant… Selon nos analyses, il se pourrait plutôt que ce ne soit pas tout à fait ça.

Faites vous accompagner dans votre projet
Échanger avec un agent

Articles similaires

Estimez votre bien
en 2 min gratuitement

Découvrez une première idée de la valeur de votre bien en 2 min.
Ensuite, si vous le souhaitez, nos agents réaliseront un rapport d'estimation complet de votre bien. 

C'est gratuit et sans engagement.
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.