Bars et boîtes de nuit, quel impact sur les prix de l’immobilier parisien ?

Bars et boîtes de nuit, quel impact sur les prix de l’immobilier parisien ?

06/2021

Après des mois de fermeture, se retrouver dans les bars et restaurants était attendu par de nombreux Français. Mais était-ce également une bonne nouvelle pour les résidents habitant près des bars ? La proximité d’un bar ou d’une boîte de nuit implique en effet des nuisances sonores, parfois importantes.

Nécessairement, cela se répercute sur les prix de l’immobilier. A Paris, la décote peut parfois même dépasser les 6% ! Que vous soyez fêtard ou adepte du calme, on vous aide à mieux cerner les prix de l’immobilier parisien en fonction de la proximité avec les bars et boîtes de nuit. 

Le risque des nuisances sonores 

Les établissements nocturnes (bars, restaurants, boîtes de nuit) sont tenus de respecter certaines règles. On retrouve par exemple l’obligation de fermer les débits de boisson aux horaires fixés par arrêté préfectoral ou encore l’obligation de veiller au respect du voisinage (tapage nocturne, problèmes entre clients).

Si généralement les exploitants de ces établissements s’assurent du bon respect de ces règles par leurs employés et clients, les bars et boîtes de nuit restent des lieux de fête. En achetant un bien à proximité d’un bar, on s’expose donc forcément à des nuisances sonores et olfactives (tabac, odeurs de cuisine, etc.), surtout si le bar dispose d’une terrasse en extérieur.

Mieux vaut donc acheter en connaissance de cause ! Si vous vendez votre bien, vous êtes tenus d’informer les potentiels acheteurs des nuisances sonores qu’ils pourraient subir. Si vous ne le mentionnez pas, la vente pourrait être annulée pour vice caché

Un risque qui pèse sur la valeur immobilière 

Ce risque lié aux nuisances sonores est donc considéré par le marché comme un défaut qui peut faire baisser la valeur du bien. A Paris, on observe une décote de la valeur des biens situés à proximité des bars ou boîtes. La décote est d’autant plus importante que le bar est proche. Pour les logements situés juste au-dessus des discothèques ou bars de nuit, la valeur du bien perd en moyenne 3,5%. 

Cette décote décroît à mesure qu’on s’éloigne de l’établissement. Par exemple pour un bien situé à 50 mètres d’un bar, la décote observée est de 0,7%. Le bien sera donc légèrement sous-estimé comparé à d’autres biens du quartier qui ne subissent aucune nuisance sonore. Toutefois cette décote est variable selon l’arrondissement et le type de logement. 

Une situation disparate selon les arrondissements 

        Dans les quatre premiers arrondissements parisiens, la proximité d’un bar est perçue négativement. Situé à moins de 50 mètres d’un bien, un bar peut ainsi faire perdre 3,1% de valeur au bien. Or dans ces arrondissements, la plupart des biens sont concernés. Près de 60% des biens se situent effectivement à proximité des bars pour une distance moyenne de 85 mètres.

C'est donc surtout le calme, l’absence de nuisances ou encore l’orientation côté cour qui est valorisée. Ces biens permettent de bénéficier à la fois d’un quartier animé à l’extérieur et d’un bien au calme. Ces biens rares se vendent donc très rapidement sans négociation. 

       Si vous cherchez plutôt à fuir la vie nocturne et ses animations, il faudra vous tourner vers le 7ème ou le 16ème arrondissement de Paris. En moyenne, les bars se situent à 350 mètres, soit à une distance suffisamment loin pour ne pas subir les nuisances sonores ou olfactives des bars. Mais pour les bien situés aux plus proches des quelques établissements de nuit de ces arrondissements, la décote est importante. On observe un impact de 6% à la baisse des prix de ces biens. 

Pour les arrondissements étendus en superficie, comme le 12ème, 13ème ou encore 14ème arrondissements, la proximité d’un bar est un réel atout. Cela est notamment signe d’un quartier vivant, ce qui permet aux biens de gagner en valeur. Pour un appartement situé à moins de 50 mètres d’un bar, la valeur du bien va augmenter en moyenne de 3,7%. 

Des décotes variables selon le type de logement 

Les décotes sont également variables selon les catégories de personnes vivant dans ces biens. On peut par exemple faire une distinction entre les arrondissements résidentiels et les arrondissements qui attirent une population plus jeune comme le 10ème, 11ème, 17ème ou encore 19ème. Dans ces quartiers, plébiscités par les jeunes actifs, la proximité des bars est vue comme un atout.

Ainsi pour les studios ou les T2, les décotes sont moins importantes. A contrario, les grands appartements qui s’adressent aux familles subissent la proximité des établissements nocturnes. Ces biens se vendront à un prix moins élevé et la vente sera plus longue. La proximité d’un bar ou d’une boîte de nuit peut être rédhibitoire pour les familles dans le cas d’un achat immobilier. 


La proximité des bars et boîtes de nuit est donc un élément à prendre en compte lors de l’achat ou la location d’un bien à Paris. Il s’agit au préalable de bien définir vos besoins : êtes-vous plutôt team quartier animé ou team quartier calme ? Sachez également qu’en cas de nuisances trop importantes, de nombreuses solutions existent.
Mener une conciliation à l’amiable ou contacter le syndic de l’immeuble concerné permettent dans la plupart des cas de résoudre le problème. Si cela ne s’avère pas suffisant, vous pourrez dans un second temps contacter un huissier afin de faire constater les troubles.

Faites vous accompagner dans votre projet
Échanger avec un agent

Articles similaires

Estimez votre bien
en 2 min gratuitement

Découvrez une première idée de la valeur de votre bien en 2 min.
Ensuite, si vous le souhaitez, nos agents réaliseront un rapport d'estimation complet de votre bien. 

C'est gratuit et sans engagement.
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.