La nature a repris ses droits pendant le confinement

La nature a repris ses droits pendant le confinement

05/2020

Ces derniers temps, on a vu de très belles images de monuments sans touriste. Mais n'oublions pas les lieux plus sauvages où la nature a repris ses droits! On le sait, le confinement aura au moins fait du bien à la planète. Le ralentissement des activités économiques et la réduction des flux de personnes notamment ont permis à certaines espèces de s'épanouir de nouveau. L'occasion, peut-être, d'opérer un retour aux sources à présent que nous sommes autorisés à mettre le nez dehors.

La nature a repris ses droits pendant le confinement, ce qui a donné lieu à des scènes aussi insolites qu'attendrissantes.

Les animaux se réapproprient leur territoire

Les activités humaines, on le sait, ont tendance à fortement perturber la faune et la flore. Pollution, nuisances sonores et empiétement sur les milieux naturels font souvent fuir les animaux et éradiquent certains végétaux. Or, la moitié de l'humanité a été confinée pendant plusieurs semaines. Ce changement soudain a donné lieu à des images tout à fait insolites.

Du côté des animaux marins, on a vu des dauphins là où il n'y en avait plus depuis des années. L'arrêt quasi total des activités portuaires à Cagliari, en Italie, a provoqué leur retour. On en a aussi repéré dans le Parc national des calanques, dans le Sud de la France dès le mois de mars. Une étudiante a même pu filmer un requin dans les eaux de Menton, tout près de la plage.

Les oiseaux, eux aussi, ont fortement bénéficié de cette période de calme. Vous avez peut-être entendu leur chant beaucoup plus clairement que d'ordinaire ces dernières semaines. La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) se réjouit. En effet, avec la baisse de la pollution sonore, les oiseaux communiquent beaucoup mieux entre eux. La LPO invite d'ailleurs les particuliers à compter les oiseaux observés dans leur jardin afin de les répertorier.

Dans les zones rurales, la biodiversité a été beaucoup plus visible pendant le confinement. Des hérissons se promenaient dans les haies et sur les routes sans danger. Certaines personnes ont trouvé un chevreuil dans leur jardin. Encore plus impressionnant, un puma a été aperçu dans les rues de Santiago au Chili!

La qualité de l'air : preuve flagrante que la nature a repris ses droits

Les effets du confinement sur la qualité de l'air ont été impressionnants. Avec la baisse des transports routiers notamment, le dioxyde d'azote a fortement chuté. Sa quantité a été divisée par 2 dans les grandes villes françaises! Il en va de même pour les particules fines. Si elles sont encore loin d'avoir disparu, leur concentration dans l'air a chuté drastiquement durant le confinement.

La pollution atmosphérique est parfois bien visible. Qu'il s'agisse du nuage orangé d'azote qu'on peut observer depuis la Grande Arche de la Défense, ou du nuage gristre qui flotte sur Beijing, on peut se faire une idée à l’œil nu de ce que subissent nos poumons. Des photographies récentes ont montré un ciel clair et d'un bleu pur qu'on n'avait plus vu depuis longtemps, sur la place Tian'anmen par exemple.

La nature a repris ses droits... temporairement

Malgré toutes ces bonnes nouvelles, il convient de rester prudent. En ce qui concerne les animaux, il faut se rappeler qu'ils ne sont non pas plus nombreux, mais plus visibles. Pour eux, l'Homme est un prédateur, un ennemi. C'est pourquoi ils ont appris à se cacher pour lui échapper. Cependant, l'accalmie qu'ils viennent de connaître a fait baisser leur vigilance. Il va donc falloir nous adapter. Ainsi, il ne faudra pas trop s'éloigner des sentiers forestiers, montagneux et littoraux aménagés. Il est également préférable d'éviter de tondre votre pelouse à ras afin de conserver la biodiversité qui s'y est installée. Enfin, en voiture, réduisez votre vitesse dans endroits boisés pour ne pas risquer de percuter un animal sauvage.

Quant à la qualité de l'air, de nombreux experts redoutent une recrudescence dans l'utilisation de la voiture. Ils recommandent de privilégier les transports, même s'il faut s'équiper d'un masque et constamment penser à mettre en place les gestes-barrières. Certains espèrent que le confinement aura aussi encouragé le plus grand nombre à se tourner vers les énergies renouvelables et les modes de transport "doux" comme le vélo.

Par conséquent, les effets du confinement nous invitent à nous questionner sur notre rapport à la nature. Ils nous permettent de redécouvrir la présence de certaines espèces et de réfléchir à la manière dont l'urbanisation s'étend au détriment des habitats naturels. Une occasion pour nous tous d'adopter des comportements plus responsables.

Faites vous accompagner dans votre projet
Échanger avec un agent

Articles similaires

Estimez votre bien
en 2 min gratuitement

Découvrez une première idée de la valeur de votre bien en 2 min.
Ensuite, si vous le souhaitez, nos agents réaliseront un rapport d'estimation complet de votre bien. 

C'est gratuit et sans engagement.
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.