Distanciation physique et micrologements à Hong Kong

Distanciation physique et micrologements à Hong Kong

06/2020

A Hong Kong, se loger est un véritable défi. En ces temps de crise sanitaire mondiale, le respect des distances entre les personnes est très difficile dans les logements hongkongais. Autrement dit, distanciation physique et micrologements ne font pas bon ménage. Il arrive que plusieurs personnes se partagent à peine 5 m². Bien loin d'être anecdotique, ce phénomène concerne plusieurs milliers de personnes. Liberkeys vous offre un petit tour d'horizon sur les conditions de logements à Hong Kong en pleine pandémie.

Distanciation physique et micrologements sont deux choses qui s'excluent, et la tranche la plus pauvre de la population en fait les frais.

Les logements minuscules à Hong Kong reflètent des inégalités criantes

L'immobilier à Hong Kong coûte excessivement cher. Nombreuses sont les villes dans le monde où les loyers atteignent des sommets. Cependant, Hong Kong est de loin la plus chère. Un seul immeuble tout à fait banal peut se vendre jusqu'à 5 milliards d'euros. Le mètre carré atteint très facilement les 35 000€. Un box de parking peut se vendre 900 000€. En effet, en 15 ans, les prix de l'immobilier hongkongais ont bondi de plus de 300%.

Dans un contexte pareil, les habitants de la ville ont énormément de mal se loger. Ainsi, plus de 200 000 personnes n'ont pas d'autre choix que de vivre dans des micrologements. Il ne s'agit pas du tout de la traditionnelle chambre de bonne parisienne que nous connaissons tous. Nous parlons véritablement d'appartements qui ne sont pas plus grands qu'un placard. Dans la ville la plus riche de Chine, le mal-logement est extrêmement répandu. Un seul appartement de taille standard peut être divisé en 8 afin de loger 8 personnes voire 8 familles.

Tous les occupants des micrologements partagent des parties communes. On entend par là les toilettes, la cuisine et la salle de bain. Pour 3 m², un habitant peut payer jusqu'à plus de 200€ par mois. Malheureusement, le manque de place s'accompagne la plupart du temps d'une insalubrité flagrante. De plus, trouver un logement social n'est pas chose facile à Hong Kong, même si certaines associations tentent de venir en aide aux plus démunis. Parmi les habitants des micrologements, on trouve aussi bien des célibataires que des familles aux revenus modestes ou même des personnes gées. En effet, à Hong Kong, la ville qui concentre les plus de millionnaires au monde, 1 personne sur 5 vit sous le seuil de pauvreté.

Par conséquent, distanciation physique et micrologements sont totalement incompatibles

Comment respecter la distanciation physique lorsqu'on vit à plusieurs dans 5 m², dans un tuyau d'égout réaménagé ou même dans un logement-cage? Comme le disent les hongkongais eux-mêmes, distanciation physique et micrologements est une association impossible. Les mal-logés des quartiers défavorisés abandonnent la plupart des précautions barrières devant leur manque de moyens pour les mettre en place. En effet, bien souvent, dans ce qu'on nomme tristement un "appartement-cercueil", il est tout juste possible de s'allonger. Néanmoins, il y a déjà près de 2 mois, des cas de Covid-19 ont été recensés dans certains quartier défavorisés de Hong Kong. Une nouvelle qui inquiète les habitants des micrologements qui voient mal comment s'isoler pour se protéger.

Les autorités de Hong Kong ont rapidement annoncé que des tests allaient avoir lieu sur plusieurs centaines d'habitants. Toutefois, les tests n'empêchent en rien la propagation du virus. Or, les gestes barrières ne peuvent être respectés lorsque plus de 12 personnes sont entassées dans 6 micrologements et se partagent cuisine, douche et toilettes. Par mesure de précaution, les habitants font la queue pour utiliser les parties communes. Quand cela n'est pas possible dans la cuisine, chacun s'efforce de porter un masque. Cependant, malgré la bonne volonté des habitants, la déficience des systèmes de ventilation et d'assainissement joue contre eux.

Par ailleurs, les cloisons sont si minces au sein des logements subdivisés que s'isoler de ses voisins est une vraie gageure. Les murs, poreux, ne protègent que très mal les habitants. Et comme si cela ne suffisait pas, si un membre d'une famille est malade, les risques de contamination de tous ses proches sont énormes. En règle générale, les lits qui équipent les micrologements sont des lits superposés. Il n'y a presque jamais de fenêtre pour aérer la pièce. Enfin, la fermeture de beaucoup d'établissements et le ralentissement des activités oblige certaines personnes à rester chez elles plus longtemps, faute de pouvoir aller travailler. Bien évidemment, cela implique que le virus, s'il est présent, circule encore plus longtemps en vase clos. Ainsi, à cause des micrologements, pauvreté et risques de contamination sont étroitement liés.

Faites vous accompagner dans votre projet
Échanger avec un agent

Articles similaires

Estimez votre bien
en 2 min gratuitement

Découvrez une première idée de la valeur de votre bien en 2 min.
Ensuite, si vous le souhaitez, nos agents réaliseront un rapport d'estimation complet de votre bien. 

C'est gratuit et sans engagement.
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.