Covid-19 : la pollution diminue, la nature reprend ses droits

04/2020

Covid-19 : la pollution diminue, la nature reprend ses droits

Depuis les annonces du 15 mars, les français sont confinés chez eux. Et qui dit confinement, dit moins d’embouteillages, moins de transports en communs et moins de bruits ... Alors, outre prévenir de la pandémie, le confinement a permis d’autres points positifs. Entre la baisse de la pollution et le retour de la faune, c'est la Terre qui sourit.

La pollutionatmosphérique : on respire !

Que ce soit en Ile-de-France comme au Nord, en passant par la région Rhône-Alpes, la qualité de l’air des villes françaises s’est indéniablement améliorée. Enfin, on respire !

Qui aurait cru voir un jour le rond-point de l’Arc de Triomphe ou le périphérique parisien vide ? Depuis le confinement, la capitale respire ! D’après l’étude Airparif, les résultats sont sans appel. Du 7 mars au 6 avril, la qualité de l'air est nettement supérieure aux années précédentes. En effet, le dioxyde d’azote, émis par le trafic, a en moyenne baissé de 20 à 35%. Le long des axes de circulation, l’impact du confinement est encore plus important puisque le dioxyde d’azote a été réduit de moitié. Autre bonne nouvelle, cette baisse des polluants de l’air a accompagné la réduction des émissions de CO2. De ce fait, les émissions de gaz à effet de serre (CO2) ont diminué de 30%.

Mais on retrouve également ces chiffres exceptionnels dans toutes les villes françaises. Nice, Lille Bordeaux, Nantes, Montpellier et Toulouse ont également été l’objet d’étude du Bureau Environnemental Européen. Cet institut a réalisé des cartes témoignant de la chute de la densité de dioxyde d'azote. Ces résultats ont fait réagir Margherita Tolotto, la responsable des politiques de l'air et du bruit pour l'EEB : « La baisse temporaire de la pollution atmosphérique due aux mesures de confinement prouve à quelle vitesse la qualité de l'air que nous respirons peut s'améliorer, si les sources de pollution sont traitées ». Bilan moins positifs pour les particules fines cependant.

https://dai.ly/x7tdk77

La pollution sonore :le bruit a fui les villes

Par ailleurs, les bénéfices du confinement ne sont pas que la baisse de la pollution atmosphérique. En effet avec la disparition progressive du trafic, la fermeture des restaurants, l'arrêt des chantiers... La pollution sonore a diminué. On réentend les petits oiseaux ! 

Bruitparif, l’association de surveillance de la pollution sonore en Ile-de-France, a étudié les effets que pouvait avoir le confinement sur la pollution sonore. Et là encore, les résultats sont tout-justes impressionnants. Du fait de la disparition du trafic, les émissions sonores ont considérablement diminué sur les axes routiers. Effectivement, « Les appareils de mesure de Bruitparif situés le long des axes routiers ont ainsi enregistré des diminutions moyennes de 50%, 68% et 80% ».

Cette baisse de la pollution sonore est visible également dans les quartiers populaires suite à la fermeture des bars, restaurants et boites de nuits. A Paris, «par exemple, rue des Lombards, on est passé de 70 à 55 db sur l'horaire 22h-2h du matin. Une baisse de 15 db, cela veut dire qu'il n'y a plus de bruit». D’autres relevés ont été effectués notamment à Lyon. Ainsi, Acoucité, l'Observatoire de l'environnement de la métropole a enregistré par exemple une baisse inédite du bruit sur la place Bellecour. Des résultats similaires devraient être visibles à Lille, Bordeaux et Marseille. Néanmoins, cette pollution sonore remonte de plus belle … tous les soirs à 20h. Une nouvelle qui met du baume au cœur ! Tous les soirs vers 20h, on note de nettes augmentations du bruit grce aux applaudissements pour les soignants et travailleurs mobilisés pendant la crise du Covid-19.

La nature qui reprend saplace

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent ! Alors que les Français ont déserté les rues, les animaux en profitent. De plus en plus de vidéos filment des animaux s’aventurant sur le terrain des hommes. On a eu le droit à des canards devant la comédie française à Paris. Des loups profitant des pistes de ski à Courchevel. Des daims déambulant dans les rues de Boissy-Saint-Léger. Et même chose qu’on n’avait jamais vue : deux rorquals au large des calanques de Marseille. Mais a-t-on raison de s’étonner ?

https://twitter.com/afpfr/status/1243998797618913280?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1243998797618913280&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.wedemain.fr%2FSinges-pumas-alligators-20-animaux-sauvages-de-retour-en-ville_a4655.html

https://twitter.com/clementrse/status/1242091683891875840?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1242091683891875840&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.wedemain.fr%2FSinges-pumas-alligators-20-animaux-sauvages-de-retour-en-ville_a4655.html

D’après, Nicolas Gilsoul, docteur en sciences à l’Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement à Paris: « Il n’y a pas à proprement parler de retour de la nature en ville, mais une incursion de la faune. […] Mais observer par exemple des sangliers  n’a rien d’étonnant. Ils étaient déjà là. Avec le confinement, nous sommes plus silencieux et discrets». La désertion des villes par les hommes a surtout rendu la faune en ville plus visible et audible.  L’(ré)apparition d’animaux sur le terrain des hommes est donc une conséquence directe du confinement.

De plus, ces animaux étant là depuis longtemps, ils setenaient seulement à la lisière des villes. En conquérant la nature pourétendre ses villes, l’homme a contribué à pousser les animaux à se cacher. Si,la présence de la nature en ville semble ravir tout le monde, on est en droitde se dire que le confinement pourrait être une opportunité de changer. Cettepériode pourrait en effet faire passer cap : trouver un équilibre entre la préservation de la nature et laconservation de nos modes de vie. « Il faut que l’on ouvre les yeuxpour concevoir la ville de demain. »  ajoute Nicolas Gilsoul.

Le contrecoupdu confinement

Le confinement induit donc de nombreux points positifs concernant laprotection de l’environnement. Néanmoins, le propos est à nuancer. En effet, letaux de particules fines reste trop élevé et notre utilisation de plastique esten hausse.

La baisse du trafic est une bonne chose dans la réduction des particulesfines. Cependant depuis le début du confinement son taux n’a pas vraimentbaissé. De fait, l’agriculture, le chauffage et le beau temps  sont aussi émetteurs de particules fines. Cesont ces trois facteurs qui expliquent que le taux de particules fines reste encore élevé. En plus, du fait queles français soient chez eux, le chauffage a augmenté de 20%.  Et, la belle météo que l’on connaît en cemoment n’arrange rien.

Enfin, notre utilisation de plastique a considérablement augmenté. Pendant cette période de confinement, le commerce en ligne, les courses alimentaires et les activités médicales ont été dopés. Dès lors, l'effet a été immédiat répercuté sur l’industrie du plastique. D’après la fédération professionnelle du secteur de l’emballage plastique, la production en plus a augmenté de 30%.  Mauvaise nouvelle pour notre planète donc. Surtout qu’on sait que la plupart des communes ne font plus de tri sélectif …

Pour conclure, ce confinement a quand même plus d’effets positifs que négatifs sur l’environnement. Mais ce n’est pas suffisant. Quoiqu’il en soit la baisse de la pollution atmosphérique, lumineuse et sonore va permettre à l’Etat d’économiser plusieurs milliards d’euros et de sauver des vies. En effet, le dioxyde d'azote est responsable de 7500 décès prématurés par an en France. Et les troubles sonores touchant 15 millions de français provoquent troubles de l’attention, du sommeil et problèmes cardiovasculaires. Son coût social est de 57 milliards d’euros. Le bilan est donc positif pour nous, pour les animaux et pour notre belle planète bleue.

Articles populaires

Une question ?

Echangez directement avec l'un de nos experts via notre chat en ligne. Notre temps de réponse y est de quelques minutes.
Discuter avec un expert

Besoin d'accompagnement ?

Agence immobilière à frais fixes de 4 990€, Liberkeys est notée 4,9 / 5 sur +1000 avis.
Merci pour votre confiance, un expert Liberkeys vous recontactera dans les plus brefs délai.
Oups ! Votre formulaire a rencontré une erreur. Veuillez réessayer.
Nous contacterNous contacter

Une question ?

Echangez directement avec l'un de nos experts via notre chat en ligne. Notre temps de réponse y est de quelques minutes.
Discuter avec un expert

Articles similaires

Estimez votre bien
en 2 min gratuitement

Découvrez une première idée de la valeur de votre bien en 2 min.
Ensuite, si vous le souhaitez, nos agents réaliseront un rapport d'estimation complet de votre bien. 

C'est gratuit et sans engagement.
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.